Théologie Portative : Morceaux choisis

Publié le par Miky

Quelques extraits de la Théologie Portative du baron d'Holbach :


Abstinences
Pratiques très saintes ordonnées par l'église ; elles consistent à se priver des bienfaits de la providence, qui n'a créé les bonnes choses que pour que ses chères créatures n'en fissent aucun usage ; l'on voit qu'en ordonnant des abstinences la religion remédie sagement à la trop grande bonté de Dieu.


Catholique
Signifie universel. L'église catholique ou universelle est celle dont les trois quarts et demi du genre humain n'ont jamais entendu parler, et dont les prêtres par une faveur spéciale ne sont presque jamais d'accord entre eux ; ce qui prouve clairement que les vérités qu'ils annoncent ne sont point concertées.

Christianisme
Systême religieux attribué à Jésus-Christ mais réellement inventé par Platon et par st Paul, perfectioné par les pères, les conciles, les interprêtes, et suivant les occasions corrigé par l'église pour le salut des hommes. Depuis la fondation de cette religion sublime, les peuples sont devenus bien plus sages, plus éclairés, plus heureux qu'auparavant ; à compter de cette heureuse époque on n'a vu ni dissensions, ni troubles, ni massacres, ni déréglements, ni vices : ce qui prouve invinciblement que le christianisme est divin, qu'il faut avoir le diable au corps pour oser le combattre, et qu'il faut être fou pour oser en douter.

Comédiens
Gens qui exercent une profession abominable et qui déplaisent très justement aux ministres du seigneur ; ils sont proscrits et excommuniés en France, qui est un royaume très chrétien, où l'on sait que les prêtres possèdent de droit divin le privilège exclusif de jouer la comédie.

Déisme
Systême impie, vu qu'il suppose un dieu trop raisonnable, qui n'exige rien des hommes que d'être bons et honnêtes, et qui ne leur demande ni foi, ni culte, ni cérémonies. On sent que ce systême est absurde et ne convient nullement au clergé ; une telle religion n'aurait pas besoin de prêtres ; ce qui serait fâcheux pour la théologie.

Dieu
Mot synonyme de prêtres ; ou, si l'on veut, c'est le factotum des théologiens, le premier agent du clergé ; le chargé d'affaires, le pourvoyeur, l'intendant de l'armée divine. La parole de Dieu c'est la parole des prêtres ; la gloire de Dieu c'est la morgue des prêtres ; la volonté de Dieu c'est la volonté des prêtres. Offenser Dieu c'est offenser les prêtres. Croire en dieu c'est croire ce qu'en disent les prêtres. Quand on dit que Dieu est en colere, cela signifie que les prêtres ont de l'humeur. En substituant le mot prêtres à celui de dieu la théologie devient la plus simple des sciences. Cela posé, l'on doit conclure qu'il n'existe point de vrais athées, vû qu'à moins d'être imbécille, on ne peut nier l'existence du clergé, qui se fait très bien sentir. Il y aurait bien un autre dieu, mais les prêtres ne s'en soucient point ; c'est au leur qu'il faut s'en tenir, si l'on ne veut se faire griller. voyez Déisme.

Esprit
Chacun sait ce que c'est qu'un esprit ; c'est ce qui n'est point matière. Toutes les fois que vous ne saurez pas comment une cause agit, vous n'aurez qu'à dire que cette cause est un esprit, et vous serez très pleinement éclairci.

Fables
Les histoires que débitent toutes les religions de la terre sont des fables ou des contes à dormir debout ; il n'y a que les contes de la bible qui soient des vérités. Quiconque n'est pas curieux d'être jetté dans la chaudière éternelle doit les prendre pour des histoires véritables.

Grâce
Dont gratuit, que Dieu donne à qui bon lui semble, en se réservant, comme de raison, le droit de punir tous ceux à qui il n'a point voulu la donner. Il n'est point encore bien décidé si pour produire son effet la grâce doit être efficace ou suffisante ; il faut attendre que Dieu nous donne sa grâce pour savoir à quoi nous en tenir sur la nature de sa grâce.

Idées innées
C'est ainsi que l'on nomme des notions que les nourrices et les prêtres ont inspirées de si bonne heure, et qu'ils ont si souvent répétées, que, devenu grand, l'on croit les avoir eu toujours, ou les avoir reçues dès le ventre de sa mère. Toutes les idées du catéchisme sont évidemment des idées innées.

Logique
Chez les profanes c'est l'art de raisonner, chez les théologiens c'est l'art de déraisonner soi-même ou de dérouter la raison des autres. La logique théologique devient très convaincante quand elle est appuyée par des fusils et des bûchers.

Messie
C'est le libérateur du peuple d'Israël ; celui-ci n'eut point l'esprit de le reconnaître dans un garçon charpentier, qui n'a pu se délivrer lui-même de la potence ; en récompense il a délivré de la mort et du péché les chrétiens, qui depuis son aventure ne meurent et ne pêchent plus, comme chacun peut s'en assurer pour peu qu'il veuille fermer les yeux.

Miracles
Oeuvres surnaturelles, c'est-à-dire contraires aux lois sages que la divinité immuable a prescrites à la nature. Avec de la foi on fait des miracles tant qu'on veut, et avec de la foi on les croit tant qu'on peut. Quand la foi diminue on ne voit plus de miracles, et la nature pour lors va tout bonnement son petit train.

Mots
Dans l'usage ordinaire les mots sont destinés à peindre des objets réels, existants et connus ; dans la théologie les mots sont destinés à ne peindre que des mots.

Néant
De l'aveu de tout le monde le néant est ce dont nous ne pouvons rien affirmer, ou ce qui n'a aucune des qualités dont nous pouvons juger. Dans ce cas, m le curé, qu'est-ce qu'un être spirituel ? Qu'est-ce qu'une substance immatérielle ou privée d'étendue, de couleur, de figure ? Qu'est-ce qu'un ange ? Qu'est-ce qu'un diable ? Qu'est-ce que... halte-là, Monsieur Gros-Jean ! Ce sont-là des mystères auxquels ni vous ni moi ne devons rien comprendre.

Offenses
La divinité, toute-puissante qu'elle est, et quoiqu'elle jouisse d'un bien-être inaltérable, par complaisance pour son clergé, permet que l'on trouble sans cesse sa propre félicité ; elle s'offense à tout moment des pensées, des paroles, des actions de ses créatures, le tout pour que ses prêtres, dont le métier est d'expier les offenses qu'on lui fait, puissent avoir de quoi s'occuper. Si Dieu ne s'offensait point adieu la caisse du clergé, et Mr De St Julien serait forcé de plier boutique.

Ordre de l'univers
C'est l'arrangement merveilleux qu'ont le bonheur de voir dans la nature ceux qui la regardent avec les besicles de la foi ; elles ont la vertu d'empêcher ceux qui les portent d'apercevoir aucun désordre dans le monde. Ils n'y voient ni maladies, ni crimes, ni guerres, ni tremblements de terre, ni théologiens intolérants. Tout est dans l'ordre quand nos sacrificateurs ont bien dîné : quiconque trouble leur digestion est un perturbateur de l'ordre public ; Dieu, pour s'en venger, est en conscience obligé de troubler l'ordre de la nature et les souverains l'ordre de la société.

Péchés
Pensées, paroles ou actions qui ont le pouvoir d'impatienter la divinité, de déranger ses projets, de troubler l'ordre qu'elle chérit. D'où l'on voit que l'homme est très puissant ; Dieu en lui donnant le libre arbitre est obligé de le laisser faire, il ne peut point l'empêcher de lui donner des nazardes à lui-même.



Prochain
Un chrétien doit aimer son prochain comme lui-même ; or un bon chrétien doit se haïr lui-même, d'où il suit qu'un bon chrétien doit faire enrager son prochain pour gagner à frais communs le paradis.

Raison
C'est de toutes les choses de ce monde la plus nuisible à un être raisonnable : Dieu ne laisse la raison qu'à tous ceux qu'il veut damner, il l'ôte dans sa bonté à ceux qu'il veut sauver ou rendre utiles à son église. Point de raison, voilà la base de la religion ; si elle était raisonnable il n'y aurait plus de mérite à la croire, et alors que deviendrait la foi ? Cependant il est bon d'écouter la raison, toutes les fois que par hazard elle s'accorde avec les intérêts du clergé.

Religion
Systême de doctrine et de conduite inventé par Dieu lui-même pour le bien de ses prêtres et le salut de nos âmes. Il y a plusieurs religions sur la terre, mais la seule véritable est toujours celle de nos pères, qui étaient trop sensés pour se laisser tromper ; toutes les autres religions sont des superstitions ridicules qu'il faudrait abolir si l'on était assez fort. La vraie religion est celle que nous croyons vraie, à laquelle nous sommes accoutumés, ou contre laquelle il serait dangereux de disputer. La religion du prince porte toujours des caractères indubitables de vérité.

Sorciers
L'esprit saint y croyait autrefois, comme on le voit dans la bible ; nos pères y ont cru fort longtemps, on n'y croit plus maintenant, si cela continue on ne croira bientôt plus rien.

Spiritualité
Qualité occulte, inventée par Platon, perfectionnée par Descartes et changée en article de foi par les théologiens. Elle convient évidemment à tous les êtres dont nous ne savons point la façon d'être et d'agir ; Dieu est spirituel, notre âme est spirituelle, la puissance de l'église est spirituelle, cela signifie, en bon français, que nous ne sommes pas trop au fait ni de ce qu'ils sont ni de leur façon d'agir.

Surnaturel
C'est ce qui est au-dessus de la nature ; comme nous connaissons parfaitement la nature, ses ressources et ses lois, dès qu'il se présente quelque chose que nous ne comprenons plus, nous devons crier au miracle et dire que la chose est surnaturelle et divine ; en un mot le surnaturel est tout ce que nous n'entendons pas, ou à quoi nos yeux ne sont point habitués : cela posé, nous disons que la révélation, que la théologie, que les mystères sont des choses surnaturelles , c'est comme si nous disions que nous n'y comprenons rien. Les miracles sont des oeuvres surnaturelles, vu que nous ne savons pas comment ont fait des miracles. Ce qui est surnaturel pour les laïques est très naturel pour les prêtres, qui savent très bien comment il faut s'y prendre pour faire des choses surnaturelles, surtout quand les laïques ont la simplicité requise pour croire ou pour voir des choses surnaturelles.

Témoins
Dans les affaires ordinaires de la vie pour s'en rapporter à des témoins on exige qu'ils soient éclairés, sensés, désintéressés. Dans la religion les témoins sur la parole desquels nous sommes obligés de croire des choses incroyables sont de saints ignorants, des prophètes un peu fous, des martyrs fanatiques, des prêtres qui vivent à gogo des belles choses qu'ils nous attestent ; cependant nous les croyons, et c'est un beau miracle.

Tolérance
Système impie et contraire aux vues du clergé ; il ne peut être adopté que par quelques chrétiens peu zêlés, qui trahissant les intérêts de l'église prétendent qu'il serait bon de laisser chacun rêver à sa manière sur des choses surtout que personne n'entend. L'église connaît ses intérêts mieux que personne, jamais elle ne s'est prêtée à une tolérance parfaite ; les sectes se sont partout haïes, persécutées, exterminées, et nous avons lieu d'espérer que cela continuera de même jusqu'à la fin des siècles, si l'église va jusque-là.

Visions
Lanternes magiques que de tout temps le père éternel s'est amusé à montrer aux saints, aux prophêtes, à ses favoris de l'un et de l'autre sexe. Les fous, les fripons et les femmes à vapeurs sont communément ceux que la divinité préfere pour leur montrer sa curiosité.





Commenter cet article

ti'hamo 26/08/2007 19:41

houlà, non, je ne disais pas que ces propos étaient datés... je disais qu'au moins on rigoloait bien à l'époque...  ...mais que justement on n'a plus l'équivalent, et que ceux qui veulent épingler l'Eglise avec talent en sont réduits à se réfugier au XVIIe (autant pour y trouver des idées que pour ce pour quoi ils veulent l'épingler, d'ailleurs...)

Miky 15/08/2007 20:41

Diantre, va-t-il falloir que je publie un article en caractère 22 à l'intention de ti'hamo pour qu'il comprenne ?Je vais recommencer lentement :OYE ! OYE ! BRAVES GENS ! MON OPINION SUR L'AVORTEMENT A CHANGE : JE SUSPENDS MON JUGEMENT POUR LE MOMENT, CAR JE SUIS EN PANNE D'ARGUMENTS.Merci d'en prendre bonne note.En ce qui concerne les propos du baron d'Holbach, je conviens qu'ils sont datés, mais certaines remarques (par exemple sur l'esprit ou le déisme) sont encore d'actualité, et son style mordant et piquant, à défaut de répondre aux canons du discours philosophique posé, rigoureux et impartial, permet de comprendre de l'intérieur la position de l'athée. Il y a de précieux insights qui peuvent jaillir de sa lecture.Miky

ti'hamo 11/08/2007 18:21

...le roi ?...
...et oui, c'est un phénomène bien connu désormais : qui veut dénigrer la religion, se réfugie toujours dans le XVIIIe siècle (ou, parfois, l'idée qu'il s'en fait). L'on en connaît une autre forme, affectant tous ceux qui veulent défendre et proclamer que c'est une fort belle et fort bonne et fort honnête activité que d'aspirer des enfançons pour qu'ils ne vivent point malheureux : ceux-là se réfugient toujours au XIXe siècle.
Cela dit, à force, naît également une nostalgie symétrique chez l'homme de foi, pour un siècle qui l'aurait pourvu en adversaires si drôles, si piquants et cultivés à défaut d'être logiques.
:-)