Le paradoxe du jeune chercheur.

Publié le par Miky

Pour trouver un emploi dans la recherche et disposer d'une structure d'accueil, il faut publier dans des périodiques spécialisés à comité de lecture.

Pour publier dans des périodiques spécialisés à comité de lecture, il faut avoir un emploi dans la recherche et disposer d'une structure d'accueil.


(Bon, à moins de faire de la recherche purement théorique et d'avoir suffisamment de temps et d'argent à claquer pour commander des articles, les analyser, les synthétiser, les critiquer, proposer des hypothèses, les critiquer, conclure et rédiger tout cela, le soumettre à 15 revues, n'avoir des réponses que de 3, dont 2 négatives et 1 positive mais demandant d'apporter quelques précisions complémentaires, le tout de manière purement bénévole, tout en pointant à l'ANPE, rédigeant des candidatures pour des jobs à la con, décrochant des entretiens pour des jobs très à la con, et étant embauché finalement en CDD de 3 semaines et demi, rémunéré au tiers du SMIC pour un job vraiment très très à la con).

(Ceci est un billet d'humeur : je viens d'aller à la présidence de l'université Nancy 2 où on m'a dit que cette année, il n'y avait pas de recrutement d'ATER en section 17 et 72, et où j'ai appris que des possibilités existeraient bien pour que je travaille dans la recherche si grosso modo je n'en avais pas autant besoin, comprendre : si j'étais enseignant dans le second degré ou si j'avais déjà un travail à tout le moins ; ou si j'étais de nationalité étrangère).

Commenter cet article

ti'hamo 13/09/2007 10:34

Ah, ça, c'est comme :
- pour se payer le permis, il faut touver un petit boulot...
- ...oh, toutes les petites annonces précisent : "véhicuke personnel" !

ou encore :
"expérience demandée" - heu, mais moi justement je cherche un premier boulot pour me la faire, mon expérience...

(enfin, moi, non, pas encore, mais je me suistoujours demandé comment on se pouvait la faire, cette première expérience, puisque toutes les annonces disent : "avec déjà expérience")