L'humour et le sacré : irréconciliables ?

Publié le par Miky

Il n'y a pas longtemps, l'affaire des caricatures de Mahomet réalisées par Charlie Hebdo a défrayé la chronique. Au-delà du caractère douteux et peut-être pas drôle de ces caricatures, se pose la question de la compatibilité entre l'humour et le sacré. Car en effet, les réactions suite à la publication des dessins furent tout sauf minces : menaces de mort, manifestations, etc. même l'Islam modéré était très fâché. Pourtant, imagine-t-on le PS ou l'UDF sortir dans la rue pour protester contre le Bêbête Show ou les Guignol de l'info ? Bien sûr que non. L'humour, même bien lourd, qui est toléré par le milieu politique, chatouille des susceptibilités dans le milieu religieux. Et pourtant...

Et pourtant, du temps où j'étais encore chrétien, mais quand même déjà assez logique, je me rappelle avoir trouvé, face à une amie évangélique qui n'était pas d'accord avec moi, un argument théologique montrant que le sens du sacré et le sens de l'humour sont en principe compatibles et que ceux qui considéreraient comme blasphématoire de se moquer de Dieu (ou de l'un de ses prophètes) étaient dans l'erreur par rapport à leurs propres présupposés théologiques. Voici l'argument :

1. Avoir le sens de l'humour est mieux que ne pas l'avoir. (prémisse du sens commun)
2. Si avoir une propriété P est mieux que ne pas l'avoir, alors P est une perfection. (par définition)
3. Le sens de l'humour est une perfection. (de 1 et 2)
4. Dieu a toutes les perfections au degré le plus haut (par définition)
5. Dieu a le sens de l'humour au degré le plus haut (de 3 et 4)
6. Ce n'est pas grave de se moquer de quelqu'un qui a un très haut sens de l'humour. (prémisse)
7. Ce n'est pas grave de se moquer de Dieu. (de 5 et 6)

CQFD.

Smile Miky

Commenter cet article

Miky 25/02/2006 17:00

Pour plus de clarté, on peut reformuler ce passage comme suit :"Comment comprendre alors qu'il reste ne serait-ce qu'un peu de mal intolérable (je pense par exemple à l'Holocauste) ? NB : je distingue soigneusement le mal intolérable, pour le mal, du mal utile, qui est pour un bien."

Miky 25/02/2006 16:53

Bonjour Xavier, Je vous remercie pour votre commentaire sur mon blog. J'y répondrai ultérieurement mais j'apporte juste une petite mais importante précision sur mon précédent commentaire. Il semblerait que vous n'ayez pas fait gaffe au système de parenthèses dans ce passage : "Comment comprendre alors qu'il reste ne serait-ce qu'un peu de mal intolérable ? (que je distingue soigneusement du mal utile, qui est pour un bien) Je pense par exemple à l'Holocauste." Je ne suis bien sûr pas un antisémite primaire ni même un antisémite tout court, bien au contraire ! Je pensais justement à l'Holocauste comme exemple de mal intolérable.Bien à vous,Miky

Xavier 25/02/2006 13:52

Miky, j'ai bien lu votre commentaire sur mon blog.
Evidemment, les arguments que j'avance pour la défense de la foi ne sont pas invincibles, il me semble qu'ils ont leur limite et certains de vos propos sont là pour le dire.  Ils sont des arguments recevables mais aussi contestables sans doute...
je note toutefois que vous présentez l'Holocauste comme un mal opour un bien ???! qu'est-ce à dire ... Ai-je mal compris ou bien est-ce de l'antisémitisme primaire ?
je pense qu'entre personnes responsables et honnêtes, ce qui est important c'est d'abord le dialogue et le respect de celui qui a des idées différentes, qu'il soit croyant ou pas, communiste, ou frontiste, blanc ou noir, homosexuel ou hétéro. On a le droit et bmême le devoir d'être différents, et c'est de la discussion  et de l'échange que jaillit la lumière de la Vérité qui n'est pas en nous mais Ailleurs...  ( Voir citation d'Albert Camus sur mon blog !)
+XC

Matthieu 25/02/2006 01:11

Sur le sujet que tu abordes, je me permets de te recommander l'interview de Paul Clavier sur Radio Notre Dame :
http://totus-tuus.over-blog.com/article-1958888.html

bouba 24/02/2006 00:33

on peut rire de tout
mais pas avec n importe qui
ça c est bien vrai