Les préjugés subjectifs érigés en évidence universelle incontestable

Publié le par Miky

AVERTISSEMENT : Humour noir inside ;-)

Voulez-vous créer votre secte ? Voici une petite marche à suivre :

1°) Trouvez en vous un préjugé :

C'est-à-dire une impression que vous avez, quelque chose qui s'impose à vous comme une évidence incontestable à laquelle vous n'arrivez pas à ne pas croire.

2°) Enfermez-vous dedans :

Puisque par vos propres efforts, vous n'avez-pas réussi à bousculer votre préjugé, posez le comme Vérité avec un grand V sur l'Univers avec un grand U.

3°) Commencez à prêcher :

Diffuser la Vérité que vous avez découverte à qui voudra bien vous entendre, persuadez les foules par vos effets de style (votre Vérité étant Ineffable, toute argumentation rationnelle est bien sûr inadéquate, au mieux vous pouvez tenter de rationaliser a posteriori votre dogme pour donner l'illusion que vous apportez des arguments).

4°) Balayer d'un revers de main les contradicteurs :

Puisque vous être sûr et certain de votre Vérité. Toute argumentation qui prétendrait la mettre en pièce est nécessairement fausse. Nul besoin donc de l'analyser en détail pour essayer de la comprendre, c'est manifestement votre contradicteur qui n'a pas compris la profondeur et la pertinence de votre position. C'est bien connu, le contradicteur est nécessairement un con, il croit que c'est vous le contradicteur, alors que c'est lui. Il ne vous incombe donc que d'essayer de le ramener à la raison, avec force pédagogie, comme pour un enfant de cinq ans, en reformulant inlassablement votre Vérité de toutes les manières possibles, quitte à paraître condescendant au passage.

5°) Si le contradicteur insiste, trouver la faille dans son raisonnement :

A un moment il faut être humble et essayer de se mettre au niveau de votre contradicteur (qui est con, rappelons-le). Donnez lui l'impression que sa position équivaut à la votre et que vous prenez au sérieux son argumentation (nécessairement déficiente, rappelons le, puisqu'il a l'audace de soutenir le paradoxe suivant lequel vous pourriez vous tromper dans ce que vous racontez). Trouvez n'importe quelle faiblesse, fût-ce de pure forme, dans son argument. Si vous n'en trouvez pas, c'est que vous n'avez pas suffisament cherché, sachez être modeste ! Il vous faut alors chercher encore sans rechigner à la tâche : le triomphe de la Vérité en vaut bien la peine ! N'hésitez pas à être circulaire : "tel point précis de votre raisonnement est déficient puisqu'il contredit tel aspect très profond et absolument incontestable de ma Vérité". N'hésitez pas à ajouter des hypothèses ad hoc à votre position pour la blinder contre toute critique possible. Une fois que vous avez trouvé où le bât blesse, considérez que vous avez réfuté l'intégralité de la position de votre contradicteur.

6°) Si le contradicteur insiste encore, trouvez la faille en lui-même :

L'erreur est humaine mais persévérer dans l'erreur est diabolique. Si votre contradicteur persiste dans sa position malgré tous les efforts déployés pour le convaincre, le problème ne peut être qu'en lui-même :

- peut-être est-il encore plus con que vous ne le pensiez ?

- peut-être est-il intellectuellement malhonnête ?

- peut-être est-il malade mentalement ?

- peut-être a-t-il un intérêt secret à camoufler la Vérité ?

- etc.

Il est à présent grand temps d'user de l'ad hominem !

Souvenez-vous : en aucun cas cela ne peut être vous à qui ces qualificatifs puissent s'appliquer, même si certains le laissent entendre, puisque vous connaissez la Vérité. Accrochez-vous à elle désespérement, et jouez le martyr. Gallilée aussi a été persécuté, et pourtant il avait raison et ne fut compris que bien plus tard. Si vous ne fléchissez pas, un jour, tel le Christ, vous serez vénéré pour vos grandes paroles et votre sacrifice pour la Vérité !

7°) Instaurez un culte autour de votre personnalité :

Il faut être modeste mais pas faussement modeste. Rendez-vous compte, vous possédez la Vérité, vous n'êtes pas n'importe qui ! Dieu a sans doute de grands desseins pour vous pour vous avoir ainsi inspiré si prodigieusement. N'hésitez pas à demander à vos disciples une petite contribution financière pour vous aider à accomplir votre grande oeuvre pour l'Humanité, ainsi que des faveurs sexuelles si le coeur vous en dit, cela serait dommage qu'un tel génie (vous) restât sans grande descendance. N'hésitez donc pas à diffuser vos précieux gènes, comme vous diffusez déjà votre Bonne Parole.

Courage, la Société ne sera sans doute pas douce à votre égard, mais j'espère qu'à ce stade vous aurez compris que la Société est plongée dans les ténèbres de l'obscurantisme dont il vous incombera de la sortir. N'hésitez pas à aller au-dessus de ses lois. Les lois des hommes ne sont rien comparées à la Sagesse dont vous êtes le dépositaire.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ti'hamo 11/07/2007 14:44

Oh, mais c'est pas de l'humour noir, c'est de l'auto-dérision ! (hmmm...comment fait-on un smiley diabolique-sarcastique... >:-D

Alors comme ça, pour ta part, tu préfères baser ta vie "sur des principes plus simples et universels, comme l'amour, la logique, l'expérience." - voueï ben oui mais alors, "simple et universel", à voir. En tout cas, l'expérience m'enseigne que l'amour et la logique ne sont des valeurs simples et universelles que dans certaines utopies.
Pas que ça me réjouisse, remarque - ou alors, plus précisément :
--> la logique : est peut-être normalement un principe universel, mais je connais beaucoup de monde qui s'en contrefout. Donc, pas très universel. Tu as l'air de décrire un monde idéal de types en toges qui se baladent au soleil en mangeant des olives et en devisant avec logique de l'univers, du monde, des humains, des dieux, des baignoires et des atomes - j'aimerais y vivre, mais...j'ai dû finir par vivre dans ce monde ici où la simple logique est vue comme une opinion parmi d'autre (je dis bien : la logique. genre "ben, quoi, c'est pa slogique ? et alors?" - je t'assure. :,-(

L'amour : est un principe universellement reconnu et abondamment invoqué...pour un peu tout et son contraire. Autrement dit toutes les objections et questions à propos de Dieu ("ben oui mais alors dieu ici c'est ça, ailleurs c'est autre chose, chacun son dieu...donc on peut pas dire qu'il y a "Dieu") sont (d'après l'expérience) valables pour l'amour. Chacun voit l'amour comme il veut, quoi,
à tel point qu'on se demande s'il existe (d'ailleurs, si tu pouvais me présenter une démonstration rationnelle de l'existence de l'amour, ça m'arrangerait, vu que ça a l'air tentant comm ça, mais que je ne tiens pas à fonder ma vie et mes choix sur un simple processus de rationnalisation de choix juste dictés, en fait, par le réflexe ou l'instinct, ou l'arbitraire - peut-on mesurer, peser, jauger l'amour ? montre le moi, que je puisse le toucher, le regarder, et j'y croirai.) (oui, sérieusement, ce serait intéressant...que tu développes un peu tes principes, là...juste pour voir... :-)

Alexia 09/07/2007 13:30

Yes! Très bel article. Absolument fabuleux de ce point de vue d'observer l'évolution psychologique (psychiatrique?) naturelle d'un Miteny en liberté. Selon ton article, il en est au stade 7 débutant, il se proclame Messie, la création de secte va suivre incessamment sous peu comme on dit. ^^

je_ne_suis_pas_folle 14/04/2006 01:59

ah, forcément, les balises, si je mélange les "b" et les "g", ça marche moins bien. :-)
tant pis!

je_ne_suis_pas_folle 14/04/2006 01:57

Ah, Miky, j'adore cet article. :-D
Ca fait très longtemps que je n'ai "débattu" avec personne (mes derniers interlocuteurs ayant subitement quitté le forum ou fermé leur blog, ce qui fait que le combat cessa, faute de combattants...). Mais le processus que tu décris, je le connais par coeur, pour l'avoir subi, certes, mais aussi pour l'avoir mené, j'avoue. ;-)
Toutefois, j'ajouterai un petit paragraphe à ton vade-mecum. En effet juste avant le passage à l'attaque ad-hominem, j'ai cru remarquer que le ton devenait plus cordial, chacune des réfutations de la personne à idolâtrer commençant par "Cher(e) Untel(le)", et se terminant par "Cordialement". Hé oui, le gourou est un être civilisé, même si il ne faut pas trop le contrarier. Trop de contrariété l'amènerait à quitter le lieu du débat en méprisant la bêtise de ses interlocuteurs, voire parfois même à les maudire de lui faire perdre un temps précieux sur un sujet qu'il maitrise déjà parrrrrrrrrrrrrfaitement et sur lequel il est inutile de débattre (même si c'est souvent lui qui a initié la discussion...) .
Merci pour cette tranche de rire. A+ :-)

HélÚne 12/04/2006 21:55

Salut ,
Je n'effacerai plus tes commentaires ,mais comme mes articles sont claires sur tout et ceux de Stéphane aussi ,jpensais qu'avec la réponse tu avai compris et que tu ne te vexerai pa si je l'effacais .
Tout le monde peut changé ,et j'ai cru que tu avais compris ...
Mais ne t'inkiètes pas je n'effacerai plus rien .
Hélène