Inefficacité de la prière intercessoire

Publié le par Miky

Plusieurs études avaient suggérées, jusqu'à présent, que prier pour des malades pouvait avoir un effet bénéfique pour leur guérison. Toutefois, une étude publiée le 30 mars 2006 dans le American Heart Journal, et réalisée sur un plus grand nombre de patients et avec un protocole plus rigoureux que jamais, vient contester cette conclusion : non seulement la prière intercessoire se révèle totalement inefficace, mais savoir qu'un groupe d'inconnus prient pour votre rétablissement serait même nocif car générateur d'anxiété.

Un résumé en français de l'étude est disponible ici :

http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/2006/man030406.html

Les plus chevronnés et anglophones pourront se pencher sur l'article original :

http://www.templeton.org/pdfs/press_releases/060407STEP_paper.pdf

Il est intéressant de noter que cette étude a été financée par la Fondation Templeton pour le progrès de la religion, que l'on ne peut guère suspecter d'athéisme...

J'espère que Matthieu, qui est ravi de "trouver dans la science des raisons de croire en Dieu" sera tout aussi ravi par cette éclatante "raison scientifique de douter" :-) 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 19/07/2008 11:47

Bonjour,Tout d’abord merci pour ces échanges et ce blog qui est une opportunité de rencontre et ainsi d’élargissement de soi.
 
Je suis en accord avec ce que nous dit Eric (ci-dessous)
 
« En fait cette démonstration en prouve absolument rien ni dans un sens ni dans un autre. Pour deux raisons évidentes, ici plus que jamais, l'observation altère l'objet observé : le troisième groupe est constitué de gens qui savent qu'on va prier pour eux dans le cadre d'une étude sur la prière et ceux qui ont prié l'ont fait eux aussi dans le cadre de cette expérience »
 
Oui, en fait tout processus qui vise à classifier et à cataloguer fait appel à la pensée discriminante et ne peut que troubler la réalisation qui passe à travers la prière qui elle fait appel à un lâcher prise de l’intellect.
L’aboutissement de la prière ne peut venir que par (et à travers) le cœur en soi, ce qui est le point central de soi.
 
Amitié
Jean-Yves 

ti'hamo 03/10/2006 13:18

...ça me fait penser à des enfants qui se disputeraient pour savoir comment attrapper un rayon de soleil dans une boîte à cornichons...
...c'est amusant à regarder. C'est mignon.  :-)

Eric George 02/10/2006 16:26

Réfuter la validité de l'expérience ne signifie pas forcément que je ne sois pas d'accord avec toi sur la conclusion (j'aurais d'ailleurs émis les même réserves si l'expérience avait prétendu prouver l'efficacité de la prière d'intercession). Seulement, je n'ai pas besoin d'une expérience scientifiquement contestable pour en arriver à la conclusion théologique que Dieu n'est pas un prestataire de service et que nous ne pouvons pas prendre un quelconque pouvoir sur lui... (et ce que je voulais dire par circonstance pas idéale : c'est qu'une prière faite pour prouver l'efficacité de la prière perd justement son statut de prière pour entrer dans la catégorie "mise à l'épreuve de Dieu"...)Cependant, je n'ai pas trouvé cette vision d'un Dieu prestataire de service dans l'article de Matthieu qui ne parle d'ailleurs pas de la guérison par la prière ni même de la prière d'intercession. En fait tout ce qu'on pourrait reprocher à cet article c'est de se montrer finalement très vague sur ce en quoi consiste l'efficacité et la puissance de la prière... (pour moi, une des premières efficacités de la prière c'est que la prière change celui qui prie).Pour Libre penseur :  je ne vois aucune manière scientifique de prouver l'efficacité (ou l'inefficacité) de la prière et je n'en vois d'ailleur pas l'utilité... Pour moi ça rentre dans la catégorie des preuves de l'existence de Dieu. C'est à dire soit un abus de pouvoir de la part des croyants, soit une incompréhension complète de ce qu'est la foi (et aussi la science) de la part des athées...

Miky 01/10/2006 23:56

Salut Eric,
En fait, je ne cherche pas à démolir la foi en proposant cette étude, mais plutôt une certaine manière de la comprendre, et je suis assez surpris que sur ce coup-là tu ne me suives pas. D'habitude on trouve le moyen de tomber assez d'accord sur des sujets importants, malgré notre divergence de croyance.
En l'occurence, le croyant que tu es pourrais aussi voir dans cette étude une confirmation que Dieu n'est pas un prestataire de service qui exauce nos souhaits comme une bonne fée ou un génie de la lampe, ainsi qu'une confirmation que, Dieu étant, sinon omniscient, du moins très savant, sait déjà, avant nous, ce qui est le meilleur pour nous, et qu'il n'est donc pas besoin de le prier pour lui demander de changer le cours naturel des événements.
Tu le vois, il y a donc des façons théologiques d'intégrer cette étude.
Pour ce qui est de la pertinence de cette étude, à présent, les limites que tu signales sont reconnues par les auteurs même. Mais je pense qu'il faut les relativiser : ne pas observer de différences significatives entre les trois groupes impliquerait, si la prière intercessoire était efficace, que son efficacité n'est pas cumulative. Il n'y a peut-être pas de groupe pour lequel on ne prie pas, mais il y a certainement un groupe pour lequel on prie moins. Es-tu prêt à admettre que ce paramètre est sans importance ?
Tu dis aussi que prier dans le cadre d'une expérience ne serait pas jugé être une circonstance idéale de prière. Les conditions mentionnées sont-elles si éloignées de cet idéal ? Cela semble assez peu clair... Qu'il s'agisse d'une expérience n'implique pas que les groupes de prière en question étaient dans une cage en verre, dans un laboratoire, entourées de personnes en blouse blanche munies de scalpels :-) De plus, Dieu qui est, par hypothèse, tout-puissant, pourrait sans doute comprendre sans problème les demandes formulées, même si elles ne sont pas idéalement formulées. Si je te demande de l'aide sur un morceau de brouillon griffoné au crayon, ou si je formule ma demande sur une belle feuille blanche imprimée, je ne pense pas que cela influencera grandement la qualité de l'aide que tu m'apporteras :-)
Enfin, il faut comprendre cet article dans le contexte plus large de mes discussions avec Matthieu sur la théologie naturelle. On ne peut pas d'un côté invoquer la science pour justifier la foi, puis écarter cette dernière quand ses résultats semblent remettre en question cette même foi. On ne peut pas d'un côté soutenir qu'il ne faut pas tenter le Seigneur ton Dieu pour expliquer les indices défavorables à l'existence de ce Dieu en le conservant malgré tout, puis après, en appeler au même type d'indice pour soi-disant appuyer l'existence de Dieu...
Amicalement,
Miky

Libre penseur 01/10/2006 23:17

Bonsoir,
Eric, juste une question: quelle serait la manière scientifique de tester l'efficacité de la prière ?