La métaphysique expérimentale : une définition personnelle.

Publié le par Miky

Métaphysique expérimentale : art, herméneutique ou discipline visant, à partir de l’observation de petits phénomènes improbables, à tirer de grandes théories invérifiables et encore plus improbables. Ces théories ont trois défauts majeurs :

- Elles ne rendent pas toujours compte des petits phénomènes improbables observés, puisqu'elles seraient parfois compatibles avec l'absence des dits phénomènes (exemple : "Dieu veut nous signaler sa présence" est compatible avec : "Je viens de trouver un billet de 500 euros sous mon essuie glace", mais aussi avec "Je n'ai pas trouvé de billet de 500 euros sous mon essuie glace", car "Dieu veut nous signaler sa présence" est trop vague, ça ne nous dit pas où, quand et comment il veut le faire) ;

- Elles ne rendent compte d’aucun autre phénomène susceptible d’être observé (ces théories sont donc infécondes) ;

- Et, c’est plus gênant : elles rendent compte d’un tas d’autres phénomènes que personne n’observera jamais... (donc ces théories, au mieux sont partiellement superflues, car elles expliquent plus de choses qu’il n’y en a à expliquer ; au pire sont partiellement fausses, car elles  expliquent des choses inexistantes).

Commenter cet article

dissertation topics 07/09/2009 07:57

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!! ________________dissertation topics

Miky 29/12/2006 14:07

Cher Matthieu,Pour une fois, je ne visais pas spécialement la métaphysique de l'Eglise Catholique, mais plutôt l'attitude pseudo-scientifique de certaines personnes qui s'émerveillent devant les coincidences (qu'elles soient personnelles ; ou plus objectives, comme dans ma critique au sujet des phasmes, et en cela c'est vrai que je me rapproche un peu d'une critique de l'argument physico-téléologique) et en tirent des conclusions transcendantes.Il y a une troisième alternative à la philosophie d'Aristote : ne pas rejeter a priori toute démarche métaphysique, mais contester qu'une telle démarche puisse fournir une connaissance universellement et objectivement valable. C'est ma démarche. Pour moi, la métaphysique peut permettre de préciser, systématiser, rationnaliser, etc. un ensemble d'intuitions, et de les synthétiser avec les connaissances objectives fournies par les sciences expérimentales, les mathématiques, l'histoire, etc. Autrement dit, la métaphysique ne dit pas le réel, elle dit une certaine vision du monde.Amicalement,Miky

Matthieu 29/12/2006 12:23

Cher Miky,
J'avoue ne pas trop bien voir à quelle démarche métaphysique tu fais ici allusion.
Ce n'est sûrement pas la métaphysique de l'Eglise catholique qui s'inspire de la "philosophie première" d'Aristote, et qui consiste à produire une réflexion métaphysique à partir de l'observation du réel scientifiquement exploré.
Cette démarche ne comporte aucune autre alternative (à mon sens) que le scientisme pur et dur (qui consiste à rejeter a priori toute démarche métaphysique) ou la philosophie subjectiviste (qui réfléchira à partir du Moi subjectif, en refusant a priori les données objectives fournies par les sciences expérimentales).
Voilà pourquoi la métaphysique aristotélicienne me paraît, de loin, la plus rationnelle.