Nouvelle catégorie : POUBELLE

Publié le par Miky

Puisqu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, j'ai créé une nouvelle catégorie, POUBELLE, pour y mettre les articles avec lesquels je ne suis plus d'accord, ma pensée ayant évolué entre temps. J'aurais pu me contenter de supprimer les dits articles, mais je préfère les garder quand même, tout en exprimant mon évolution par rapport à ceux-ci, c'est plus honnête. Et puis, mon passé, c'est mon passé, je ne peux pas faire que je n'ai pas eu les idées que j'ai eu. Donc, de même, je veux garder ces articles, comme témoignage qu'on peut changer d'avis sur certaines choses. Mon premier article à aller à la poubelle est celui que j'avais écrit par un temps sur l'IVG. En effet, depuis environ 3 ans, je ne considère plus l'avortement comme un choix moralement neutre (même si je reste favorable à sa dépénalisation), sauf évidemment en cas de menace pour la vie de la mère et surtout lorsque la vie de la mère et celle du foetus sont toutes deux menacées. Dans les autres cas, je considère qu'il s'agit d'un mauvais choix, même si je respecte les femmes qui font ce choix. Je ne suis pas davantage chrétien, cependant, au cas où certains se poseraient la question. Non, je demeure athée, "amour-libriste" et néanmoins "pro-vie" (mais très loin des caricatures genre commandos anti-IVG), que ça vous plaise ou non et ça ne me paraît pas du tout incohérent : c'est au contraire par souci de cohérence, et en fonction d'arguments rationnels, que j'exposerai peut-être une autre fois, que j'en suis venu à ce repositionnement.
En attendant :
- SecularProLife.org
- Atheist and Agnostic Pro-Life League

Publié dans Divers

Commenter cet article

repassant 23/02/2010 01:36


pardon ... «Alléééélouilla ...»


Un repassant 23/02/2010 01:32


Même en cas d'Archi Grave malformation et maladie génétique de l'embryon ultra-handicapante et enlaidissante mais laissant juste de quoi en être super conscient? Bien, je n'irai pas jusqu'à vous
souhaiter d'en devenir père un jour ... . Quand à l'idée de garder d'abord le sperme puis l'enfant ressemblant comme deux goutte d'eau au salaud (vous permettez; non que je n'insinuerais qu'il ne
serait que ça), un très moche, qui aurait violé votre femme, bien si ça ne la gène, je la comprendrais tout à fait ... pour votre fille de 12 ans (séquestrée pendant un mois) pareil ... c'est des
quintuplés??? Super ...


Mikaël 10/02/2010 12:45


- "Le bébé ou la maman ?" : là, il ne s'agit pas de moi directement, donc la question du sacrifice personnel ne se pose pas. Je préférerais sauver la maman (que je connais déjà, et qui
aura peut-être d'autres enfants dont elle devra pouvoir s'occuper, ainsi que des proches et de la famille qui pourraient avoir besoin d'elle ou être remplis de chagrin si elle disparaissait).
- "toi-même ou ta femme ?" : je préfèrerais me sacrifier pour que ma femme vive, mais ce n'est peut-être pas si altruiste que cela : je serais profondément abbatu si ma femme venait à
mourir et je m'en voudrais si je n'avais pas eu le courage de donner ma vie pour elle.


Yves 09/02/2010 22:51


Certes cher Miky mais j'aimerais la réponse à ma question. Si un "moindre mal" doit être admis (même pour l'Eglise, je le précise) lorsque les deux personnes sont en danger de mort, quelle personne
préfères-tu sauver ? Le bébé ou la maman ? Analogiquement sur un exemple qui pourrait t'arriver (ce que je ne souhaite pas :-)), toi-même ou ta femme ?

Tu as raison, l'amour suppose la liberté de choix. Pour un athée humaniste, quel serait ce choix ? J'aimerais bien connaître ta réponse. L'amour chrétien trouvant sa plénitude en Jésus-Christ, la
vraie liberté du chrétien suppose le sacrifice pour son prochain.

"Celui qui perdra sa vie pour Moi la sauvera" (Jésus-Christ)


Mikaël 08/02/2010 16:32


Cher Yves,

Il semble que tu m'as mal lu : je dis que ce n'est un moindre mal que dans le cas où c'est à la fois la vie de la mère et celle du foetus qui sont toutes les deux menacées. En ce cas, il y a deux
possibilités :
- on n'avorte pas et on se retrouve avec deux morts ;
- on avorte et on n'a donc qu'une seule mort (ce qui est "moins pire").
Dans le cas où seule la vie de la mère est en danger, pas celle du foetus, alors prendre la décision d'avorter n'est pas un moindre mal (la dignité de la mère valant celle du foetus) et est donc
amoral. Cependant, je ne suis pas pour l'interdire dans ce cas là, tout simplement parce qu'on ne peut pas forcer l'amour. L'amour suppose la liberté de choix.